FANDOM


La Troisième Guerre servile, aussi nommée Guerre des Gladiateurs ou Guerre de Spartacus, fut la dernière d’une série de rébellions d’esclaves contre la République romaine, connues collectivement sous le nom de Guerres serviles. La Troisième Guerre servile fut la seule à menacer directement le cœur romain de l’Italie et fut doublement préoccupante pour le peuple romain entre -73 et -71 en raison des succès répétés contre l’armée romaine d’une bande d’esclaves rebelles qui augmentait rapidement. La rébellion fut finalement écrasée en -71 après que toutes les forces militaires furent concentrées dans les mains d’un seul commandant, Marcus Licinius Crassus. Malgré cette victoire, la révolte eut des effets indirects sur la politique romaine durant les années suivantes.


HistoireModifier

Entre 73 avant J-C et 71 avant J-C, une bande d’esclaves fugitifs (à l’origine un petit groupe d’environ 70 gladiateurs qui finissent par atteindre une multitude de 120 000 hommes, femmes et enfants), errèrent et firent des raids au travers de la province romaine d’Italie avec une relative impunité sous le commandement de plusieurs chefs, dont le célèbre général gladiateur Spartacus. Les adultes en bonne santé de cette bande furent une surprenante mais efficace force armée qui démontra de nombreuses fois pouvoir tenir tête à l’armée romaine, aux patrouilles locales de Campanie, à la milice romaine et aux légions entraînées sous commandement consulaire. Plutarque décrivit les actions des esclaves comme une tentative d’échapper à leurs maîtres et de fuir à travers la Gaule cisalpine, alors qu’Appien et Florus ont peint la révolte comme une guerre civile durant laquelle les esclaves mirent en place une campagne pour capturer la ville de Rome.

L’inquiétude grandissante du Sénat romain provoquée par les succès militaires répétés des esclaves et leurs expéditions contre les villes romaines et les campagnes amena finalement Rome à envoyer une armée de huit légions sous le commandement rude mais efficace de Marcus Licinius Crassus. La guerre se termina en -71, après une longue et amère retraite combattante face aux légions de Crassus et la prise de conscience que les légions de Gnaeus Pompeius Magnus et Marcus Terentius Varro Lucullus se déplaçaient pour encercler les esclaves rebelles. Les armées de Spartacus tentèrent alors de lancer toutes leurs forces contre les légions de Crassus et furent complètement anéanties.

Bien que la guerre de Spartacus ne soit pas notable historiquement pour son déroulement en lui-même, ses impacts historiques ont été considérables, notamment l’effet sur les carrières de Pompée et Crassus. Les deux généraux utilisèrent leur succès dans la répression de la rébellion pour accélérer leur carrière politique, usant de leur popularité et de la pression menaçante de leurs légions pour influencer les élections consulaires de -70 en leur faveur. Leurs actions comme consuls accélérèrent la subversion des institutions politiques romaines et contribuèrent finalement à la transition de la République romaine vers l’Empire romain.